Comité Togolais pour la Survie de la Démocratie
  • Refugee camp in Togo
  • Refugee camp in Togo
  • Refugee camp in Togo
  • Refugee camp in Togo
  • Refugee camp in Togo
  • Refugee camp in Togo
  • Refugee camp in Togo
  • Refugee camp in Togo
Comité Togolais pour la Survie de la Démocratie
Accueil arrow Evénements arrow Rapports arrow Séminaire de formation des dirigeants de cercles d'étude du 29 juin au 1er juillet 2006 à l'I.N.
Séminaire de formation des dirigeants de cercles d'étude du 29 juin au 1er juillet 2006 à l'I.N. Version imprimable Suggérer par mail

Du 29 juin au 1er juillet 2006, s’est tenu à l’I.N.F.A. de Tové à Kpalimé un séminaire de formation sur la méthode de Cercles d’étude. Ce séminaire, premier en son genre dans la sous-région ouest africaine a été organisé par le Comité togolais pour la survie de la démocratie (CTSD) et animé par un groupe de  cinq experts suédois.

Il a débuté dans la soirée du 29juin par une projection commenté des photos sur les activité du CTSD  suivie de la présentation du projet de l’association par M. Laurent Lawson, formateur à ABF, un organisation de formation des travailleurs suédois et Secrétaire général du CTSD. Il a été aidé par M. Zeus Ajavon et Mme Povi Lawson. Les autres membres de la délégation des experts étant resté à Lomé accompagné de Aimé de Dieu Tchinguili pour récupérer leurs bagages à l’Aéroport.

Démarrée effectivement  au matin du 30juin 2006 avec l ‘arrivée de toute l’équipe des formateurs, le séminaire s’est organisé autour de quatre axes principaux :,
-  Historique de la méthode des cercles d’études,
- Définition, présentation et pertinence de la méthode des cercles d’étude,
- Etude de cas de cercles d’étude au sein d’une association,
- Travaux de groupe, restitution des travaux de groupes, débats et clôture du séminaire.

A/ Historique de la méthode des cercles d’étude

De ce exposé fait par M. Sven-Invgvar Sundin, il est ressorti que les cercles d’étude sont né à la suite des problèmes nés de l’industrialisation de la suède au début des années 1800. En effet avec la construction des grandes usines, les populations des campagnes ont opéré un exode rural vers les grandes villes où elles sont utilisées comme main-d’œuvre. Leurs conditions de travail étaient très difficiles. La misère gagne les masses ouvrières. Pour défendre leurs intérêts, les travailleurs ont créé de multiples syndicats qui se sont montrés inefficaces pour l’objectif qui leur était assigné. Aussi, pour se rendre efficaces,  se sont-elles regroupés en confédérations syndicales.

Ils luttaient en effet pour obtenir 8heurs de travail, les conditions de travail acceptables et un salaire respectable. Mais cette lutte s’est avérée difficile, par ce que le pouvoir politique était du côté des employeurs ( le patronat). Ils ont alors décidé de créer  le parti de travailleurs pour influencer les instances de décisions.

En 1900, le parti socio-démocrate entre au parlement. C’est à partir de là que s’est posé le problème de la formation du peuples (travailleurs) . En effet rentrés au parlement et dans les instances de décision, les travailleurs se rendent compte de leur manque de culture et d’informations pour pouvoir discuter, argumenter, négocier efficacement avec leurs employeurs et leurs adversaires politiques. Ils ont décider alors de la créations d’une organisation des travailleurs pour former et informer les travailleurs :  ABF est alors né et Oscar Ulssen conçoit la méthode des cercles d’étude.

L’état prit alors conscience de l’importance de la formation du peuple et décida de subventionner l’ABF et les autres organisations de formation des travailleurs. Il signa alors un accord avec l’ABF :
- La formation du peuple doit être libre et volontaire,
- Il faut réduire les écarts de connaissance dans la société et relever le niveau de connaissance du peuple,
- Il faut donner le pouvoir au peuple et lui reconnaître la capacité  de décider des changements auxquels il aspire,
- Il faut acquérir le pouvoir d’influencer sa propre vie,
- La formation du peuple doit être un moyen de formation de ceux qui ne sont pas allés à l’école,
- La formation du peuple doit être continue et perpétuelle. Il n’y a ni limite d’âge, ni d’handicap. L’analphabétisme ne doit pas être un obstacle. L’objectif premier doit être l’entraide et la solidarité.

B/ Qu’est-ce qu’un cercle d’étude ?

Le cercle d’étude est un groupe de 5 à 15 personnes au maximum qui se réunit pour discuter, soit pour augmenter leur niveau de connaissance, soit pour ne chercher les moyens de réalisation d’un projet.
 
La densité de 5 à 15 personnes est nécessaire pour permettre à tout le méthode de parler, pour que le besoin soit pris en compte.
Le dirigeant du cercle d’étude est important pour garder la cohésion du groupe, pour veiller à ce que chacun aie la parole, pour que la ligne du thème soit respectée, pour veiller à ce que chacun soit respecté. Il doit montrer de la sympathie pour tout le monde, veiller à ce que le cercle évolue, établir des liste de présence et de participation au cercle d’étude.

Le dirigeant du cercle d’étude doit veiller à ce qu’il y’ait des résumés succincts des études effectuées.
N.B. Il ne faut pas que les membres du cercle d’étude croient que le dirigeant doit tout faire. Le dirigeant du cercle d’étude doit déléguer. Parce qu’il n’est pas toujours compétent en tout les thèmes étudiés. Le dirigeant du cercle d’étude n’est pas  un professeur, il n’ en est que le modérateur.

Il y’a deux sortes de cercles d’étude :
-Il existe des cercles d’étude dont l’objectif est d’accroître la connaissance,
- Et les cercles d’étude qui visent la réalisation d’un projet
Dès qu’on a décidé de l’étude d »un thème, il faut se documenter sur ce thème.
L’étude d’un thème peut déboucher sur la fondation d’une association dont la finalité sera d mettre en pratique les résultats de l’étude.

Un cercle d’étude peut conduire à la fondation de plusieurs associations avec des objectifs différents. Il n’est pas interdit de faire partie de plusieurs associations. Il n’est pas nécessaire de faire partie d’une association avant de participer à son cercle d’étude.

Après l’explication sur la nature d’un cercle d’étude par M. Sven-Ingvar Sundin, Lars Eisner a présenté le fonctionnement d’un cercle d’étude au sein d’une association. Lui, en tant que non-voyant, il a exposé sur le cas de SFR-Lundabidgen, l’association des non-voyant de Lund en Suède.

C/ Etude de cas de cercle au sein d’une association : cas de SRF-Lundabidgen.

L’association de non-voyants de Lund compte 130 membres. Ses activités sont en trois axes :
- Elle organise des activités sociales : voyages d’étude, visites de théâtres en suède ou à l’étranger,
- Elle travaille à convaincre et influencer les décideurs politiques,
- Elle œuvre à former et à informer les membres de l’association.
 

Pourquoi l’utilisation la méthode de cercles d’étude au sein de leur association ?
A cette question, M. Lars Eisner a répondu que c’est d’abord, parce qu’en tant que non-voyants, ils veulent améliorer leurs qualité de vie. Ensuite, l’avantage avec cette méthode aussi, c’est qu’il n’y a pas d’enseignant, mais un leader.  Aussi n’ont-ils pas besoin de s’asseoir en élèves et enseignants. Ils s’expriment librement et la confiance en soit augmente. Tout simplement, les cercles d’étude donnent de la valeur sociale à l’individu.

Les thèmes discutés sont en fonction des besoins et des activités de l’association (étude d’un lieu de voyage projeté, cercle d’étude pour informer les nouveaux non-voyants pour leur permettre de se prendre en charge, apprendre le braille, des cercles d’étude sur la ville de Lund, étude d’une œuvre littéraire, les cercles d’études sur comment influencer les hommes politiques…)


Nombreuses sont les questions d’éclaircissement qui ont ét »é posées tout au long des deux exposés :
- Est-ce que la lutte des travailleurs suédois s’est passé sans difficultés ?
- Quelle différence y’a-t-il entre un cercle d’étude et une association ?
- Qu’est-ce qu’est vraiment la démocratie ? Quelle en est l’expérience concrète des suédois ?
- Vue la situation particulière au Togo, n’est-il pas plus judicieux que les activités du CTSD se déroule sous la houlette d’un homme de pouvoir ?
- Est-ce que les non-voyants font aussi partie des personnes voyantes ?
- Est-ce qu’il faut influencer les non-voyants des écoles togolaises pour qu’eux aussi puissent s’épanouir ?
- Comment créer effectivement(la démarche à suivre) un cercle d’étude ?

Toutes ces questions ont reçu des réponses. Mais il a été demandé aux futurs leaders de faire preuve de tact et d’imagination. Sur ce, une pause déjeuner a été observée.

D/ Travaux de groupes, restitution des travaux de groupes,
débats et clôture du séminaire

A la reprise à 13h50, des groupe d’ateliers ont été formés pour permettre aux séminaristes  de résoudre des problèmes concrets liés à la création et à la gestion des cercles d’étude. Ce fut déjà leur première expérience de travail en cercles d’étude.
 
Pendant les travaux en atelier, la délégation du CTSD et de ABF s’est éclipsée pour ller rendre une visite de courtoisie au préfet du Kloto.
Au retour de la délégation vers 16h30, la mise en commun des travaux  en équipe a été faite. Après la mise en commun, MM. Sven-Ingvar Sundin et Lars Eisner ont dit leur mot de fin. Tous deux ont souhaité une longue vie au projet.

La clôture du séminaire a été faite par M. Laurent Lawson qui a exhorté les nouveaux leaders de cercles d’étude à faire bon usage de ce qu’ils ont appris et surtout d’aller vers tous les togolais  sans distinction religieuses, politique et ethnique pour partager ce qu’ils ont appris. Il leur a recommander de se montrer de se montrer disponibles.
Tout s’est achevé avec la proclamation du chant  la marche républicaine, de l’hymne national et autour d’un cocktail  partagé dans la joie et l’espoir d’un Togo meilleur.
 
Vue que les documents de travail qui devraient être distribués aux séminariste n’étaient pas prêts, rendez-vous leur a été donné à Lomé où ils pourront les recevoir lors des Assises du Togo.
Au lendemain de ce séminaire, une visite sur quelques sites touristiques de la région a été effectué afin de permettre à la délégation togolaise de mieux découvrir le Togo.

Le rapporteur,
Aimé de Dieu Tchinguili
Revenir en haut de la page

 
< Précédent   Suivant >