Comité Togolais pour la Survie de la Démocratie
  • Refugee camp in Togo
  • Refugee camp in Togo
  • Refugee camp in Togo
  • Refugee camp in Togo
  • Refugee camp in Togo
  • Refugee camp in Togo
  • Refugee camp in Togo
  • Refugee camp in Togo
Comité Togolais pour la Survie de la Démocratie
Déclaration 2003 Version imprimable Suggérer par mail
Sur l’initiative du CTSD (Comité Togolais pour la Survie de la Démocratie), avec l’appui des partis politiques et des associations suédois et de la commune de Lund, la diaspora togolaise et africaine en Allemagne, au Danemark, en France, en Suède et aux Etats Unies et les partis politiques togolais ci-après :
CDPA-BT (Convention Démocratique des Peuples Africains-Branche Togolaise) CPP ( Convergence Patriotique Panafricaine)

Se sont rencontrés les 2 et 3 mai 2003 sur le thème : Quel Togo pour ce troisième millénaire.
La réunion de l’année passée était arrivée au constat que le processus démocratique au Togo est paralysé et ne pouvait pas déboucher sur le changement démocratique. Un an après, la situation politique s’est malheureusement aggravée.

Du côté du régime, le pouvoir en place a modifié de façon unilatérale la constitution de façon à faire présenter une fois encore son candidat aux élections présidentielles prochaines.
  1. Le code électoral est modifié de façon unilatérale.
  2. La CENI ( Commission Electorale Nationale Indépendante ) est chargée de la supervision du processus électoral. En réalité elle n’a aucun pouvoir sur le processus électoral. Elle n’est qu’une institution d’accompagnement des opérations électorales organisées plutôt par le ministère de l’intérieur.
  3. La HAAC ( Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la communication ) est totalement sous la coupe du régime.
La cour constitutionnelle est composée exclusivement des membres du régime despotique et ne peut en aucun cas dire le droit.

Du côté de l’opposition la situation est plus que jamais chaotique. La création de la CFD ( Coalition des Forces Démocratiques ) composée de huit partis de l’opposition qui était apparue comme un organe pouvant faire le poids devant le régime a vite montré ses limites et les partis politiques membres ont finalement décidé d’aller aux prochaines élections du 1er juin 2003 en rang dispersé chacun pour soi et ce en dépit des conditions non transparentes et antidémocratiques dans lesquelles ces dernières vont se dérouler.
Face à cette situation, les participants aux troisièmes assises de la Scandinavie regrettent cette évolution négative de la situation politique qui prévaut dans le pays.
Ils demandent à la population de ne pas se décourager, de continuer par s’organiser afin d’inverser les rapports de force en sa faveur.
Ils demandent également aux partis politiques qui ne participent pas à ces élections de remplir leur devoir historique en remobilisant et en organisant leurs militants et sympathisants pour une participation plus offensive en vue de mettre un terme au régime dictatorial.
Recommandent à la diaspora togolaise, africaine et aux démocrates du monde entier de mieux s’organiser pour devenir une véritable force capable de contribuer intellectuellement, matériellement et financièrement à la lutte pour l’avènement d’une véritable démocratie au Togo.
Remercient les forces démocratiques de la Suède à savoir les parties politiques, les associations et la commune de Lund des appuis constants qu’elles n’ont jamais cessé d’apporter à la cause togolaise.
Demandent au CTSD de poursuivre son action pour la mise en application effective des conclusions de ces assises.

Fait à Lund le 03 mai 2003

Les Assises
Revenir en haut de la page
 
< Précédent   Suivant >