Comité Togolais pour la Survie de la Démocratie
  • Refugee camp in Togo
  • Refugee camp in Togo
  • Refugee camp in Togo
  • Refugee camp in Togo
  • Refugee camp in Togo
  • Refugee camp in Togo
  • Refugee camp in Togo
  • Refugee camp in Togo
Comité Togolais pour la Survie de la Démocratie
Accueil arrow Evénements arrow Rapports arrow Le Togo sous les eaux
Le Togo sous les eaux Version imprimable Suggérer par mail

Depuis trois semaines des pluies torrentielles qui s’abattent sur la région ouest africaine n’a pas épargné le Togo. La zone la plus touché au Togo se trouve être la partie septentrionale. Toute la région des savanes est aujourd’hui sous les eaux. C’est une catastrophe naturelle sans précédent dans la région. De mémoire de plus d’un Togolais «On n’a jamais vu ça.  C’est à croire que c’est le début du déluge.» Le bilan aujourd’hui est très lourd : des pertes en vies humaines, des dégâts matériels importants.

 Selon le gouvernement on dénombre en effet plus de vingt (20) morts et des centaines de blessés suite à l’affaissement de centaines de maisons. Des ponts se sont rompus et des rivières sont sorties de leurs lits dévastant des récoltes et occasionnant des pertes en vies humaines.

Des sources proches du ministère  des enseignements primaires et secondaires déclarent plus de quinze (15) écoles qui se sont affaissées et bien d’autres englouties sous les eaux.
Cette situation a engendré des conséquences incalculables.
 
A quelques jours de la rentrée des classes prévue au lundi 17 octobre 2007, plus de cinq mille (5000) élèves se retrouvent sans salles de classes. L’enclavement de la zones sinistrée ne permet pas le retour des enseignants dans leurs zones d’affectation. Aussi le gouvernement s’est-il vu dans l’obligation de repousser la rentrée scolaire au 17 octobre 2007 en espérant que d’ici là des décrus auraient lieu pour permettre de réparer les dégâts matériels. Ce qui est certain aujourd’hui c’est que la région est officiellement déclarée « zone sinistrée » et le gouvernement a appelé à l’aide internationale. Si rien n’est fait d’ici le 17 octobre, nombreux sont les observateurs qui doutent de l’effectivité de cette rentrée vu l’état de dénuement général dans lequel se retrouvent les parents d’élèves.

La rédaction

 
Suivant >